Accueil·Actualités·mode·Tendances

La Paola Monova, la marque du créateur Mady Sylla tombé amoureux du Kenté

Par Sephora Lukoki Kapinga.

Il s’appelle Mady Sylla, il est stylé et il a toujours le smile. En 2015, il se rend au Togo après avoir visionné un reportage sur la mode dont Godwin, maître tisserand en Kenté au Togo est à l’honneur. Deux ans après, la Paola Monova voit le jour. Plus qu’une marque ethnique et originale, il s’agit d’un concept influent qui assume à la fois le choc culturel de notre génération et collabore avec les artisans d’Afrique pour transmettre un nouvel état d’esprit ainsi que son savoir-faire aux générations futures.

Mady Sylla, créateur de la Paola¨Monova

Le hasard fait parfois bien les choses mais il faut oser

Quand on entend Mady raconter son projet, on s’arrête et on a envie de l’écouter et d’avoir une de ces ceintures ou un ras-du-cou. On en parle à tout notre entourage. Je ne sais pas pour vous mais ce fut mon cas. Sa façon de présenter la Paola Monova attire et pousse à participer au financement. Pour la petite histoire je vous laisse lire la suite.

Originaire du Sénégal, Mady a décidé de partir au Togo suite à un reportage sur la mode afropolitaine. Il l’a fait et pour rien au monde il peut regretter ce choix d’avoir osé lancer une marque ethnique et originale. Depuis le premier juillet, vous avez la possibilité de soutenir son projet via la campagne de financement participatif sur ulule. La Paola Monova (LPMV) propose quatre coloris de ceintures en Kenté, un tissu africain originaire du Ghana, composé de bandelettes multicolores tissées à partir de fils de coton ou de soie sur un métier à tisser traditionnel. Les bandelettes sont ensuite cousues côte à côte. Les motifs et les couleurs ont des significations particulières.

Pour que ce projet voie le jour, la marque doit atteindre 100 précommandes jusqu’au 31 juillet 2017.

Quatre ceintures en tissu Kenté

Depuis l’enfance l’amour de la mode et de l’esthétique le suivent

Mady, avec sa cravate et sa chemise à points en maternelle

« J’ai toujours kiffé les gens qui s’habillent bien. J’ai souvent porté des accessoires, casquettes, bananes, sacoches. D’ailleurs, quand j’étais en maternelle et en primaire, ma mère m’habillait très bien » explique t-il. Son intérêt pour la mode et la mode ethnique étaient donc inévitable. Dans son parcours, Mady n’a pas directement commencé par la mode.

« J’ai fait des études en publicité et marketing à Coventry (Royaume-Uni) en parallèle j’étais chorégraphe autodidacte (deux ans en France et deux ans en Royaume-Uni). » Ensuite il intègre une agence de pub durant un an puis au bout d’un an il démissionne pour cofonder une association humanitaire. Pour finir, il travaille dans un studio de développement web pour aider les associations à communiquer sur internet et à financer leurs projets associatifs. Et il lance bobazin, une organisation pour la promotion et la création d’une mode éthique jusqu’à créer la Paola Monova.

En faisant des recherches, il tombe sur un reportage nommé “African Stories” produit par la DW Akademie (un influent média Allemand), un numéro de téléphone s’affiche. Mady le compose et le maître tisserand en Kenté décroche. C’est Godwin au bout du fil. « Je lui ai dis que j’aimais son travail et il m’a dit je t’attends, c’est ainsi que l’aventure de la Paola Monova a débuté ». Trois semaines plus tard, Mady atterri au Togo.

Un style original qui correspond au choc culturel de notre génération

En fin connaisseur du tissu ethnique, il se focalise sur le Kenté et peaufine sa culture textile. Mady a choisi des ceintures comme accessoire phare de sa marque au lieu des chemises, des pantalons, des kimonos très à la mode cette année. « Je voulais trouver un accessoire qui n’existe pas et faire quelque chose d’original. Un accessoire qui correspond à mon tempérament, qui sort du commun et que les gens ne font pas » confie le jeune homme très souriant.

La ceinture est donc la fusion entre un bandeau de smoking et des poches de hoodie. Elle est bi-matière en Kenté et en coton. Raymond, styliste et couturier, rencontré par le biais de Ferouz Allali une créatrice algérienne, s’occupe de l’assemblage des ceintures (Kenté, coton, boucle et fermeture éclair). Raymond transmet son savoir-faire comme Godwin afin de lutter contre le sous emploi et le chômage au Togo.

Atelier de Godwin, maître tisserand au Togo

Les hommes tout comme les femmes peuvent porter les ceintures. « Le style c’est la première chose que l’on voit quand on s’adresse à quelqu’un. Je souhaitais avoir un produit qui concerne les deux genres. Il est important pour moi que la marque reflète une certaine équité. » Une ceinture destinée aux jeunes qui sont à la fois classes et sobres. « Plus précisément aux jeunes actifs et influents à échelle humaine, c’est à dire remarquables tant par leur travail car ils participent à la stratégie de leur entreprise, mais aussi par leur valeur et leur partis pris. Dans leur famille, ils sont dévoués et toujours au service de leur prochain. Ils s’investissent dans des projets associatifs ou sportifs » résume Mady.

Aujourd’hui, les styles s’entremêlent et Mady désire apporter une touche d’originalité dans le choc culturel qu’on vit. « Au cœur de la diversité dans laquelle nous vivons, Paris est l’exemple type. On se rend vite compte que l’on vit dans une salade avec des gens qui viennent de partout, et qui cherchent quelque part à s’assumer comme ils sont » précise t-il. « Certains s’habillent en afropolitain, d’autres avec des motifs qui viennent du Mexique ou d’ailleurs» complète le créateur. Chacun peut exprimer son identité par le biais d’un accessoire qui les sort du commun. Et ils s’assument avec leur particularité. C’est l’essence de la Paola Monova (LPMV).

Cc : Diacoumba Badio pour LPMV

La Paola Monova sur le long terme

Mady se positionne comme un porteur de projet, fashion, créatif et solidaire. Il envisage de fournir des salaires décents aux artisans avec qui ils collaborent. «Je ne me prends pas pour celui qui va complètement changer la vie des artisans parce qu’ils se débrouillent déjà assez bien mais je souhaite les aider.» Sur le long terme, il aimerait mettre en place des actions ponctuelles pour valoriser leurs talents et les faire profiter d’un revenu. Aucun site e-commerce ne sera proposé, il s’agira de créer des événements, des expériences associant la mode, la musique, l’art au niveau international. Et pourquoi ne pas sortir un court-métrage à chaque collection comme pour la première édition et transmettre cet héritage aux nouvelles générations?

Participez au crowdfunding, soutenez la Paola Monova sur Facebook et Instagram. La signification du nom la Paola Monova ne sera révélée qu’en fin de campagne donc restez connectés.

CC : Sami Aissi
DA : Adama Anotho x LPMV
CC : Sami Aissi
DA : Adama Anotho x LPMV
CC : Sami Aissi
DA : Adama Anotho x LPMV
CC : Sami Aissi
DA : Adama Anotho x LPMV
Laura Taty pour LPMV
CC : Sami Aissi
DA : Adama Anotho x LPMV
CC : Sami Aissi
DA : Adama Anotho x LPMV
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s