Accueil·Actualités·Afrique·économie·international·République Démocratique du Congo·santé·société

Journée mondiale de l’hygiène menstruelle : rompre le silence

Propos recueillis par David Kasi.

Le 28 mai a été décrété comme la journée mondiale de l’hygiène menstruelle. Date importante pour rompre le silence et sensibiliser sur les règles, la précarité menstruelle, l’accès aux protections hygiéniques.

Depuis 2014, la communauté internationale commémore, chaque 28 mai, la journée mondiale consacrée à l’hygiène menstruelle. Cette journée a pour but de sensibiliser et de briser les tabous dans le monde entier non seulement les femmes et les jeunes filles mais aussi les hommes et toutes les institutions sur la gestion de l’hygiène menstruelle, notamment dans le domaine de l’éducation.

« En Afrique, 66 % des filles ne disposent pas d’une bonne information sur la menstruation avant d’être confrontées à leurs premières règles », rapporte le fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF). La même source indique que sur le continent africain, une fille en âge de scolarisation sur dix s’absente régulièrement de l’école pendant ses règles. Il faudrait donc accompagner les jeunes filles durant leurs règles et surtout expliquer le rôle de chaque protection hygiénique et celle qui peut être toxique notamment les tampons.

Plusieurs contextes négatifs et traumatisants sont à la base de l’instauration de cette journée symbolique. Cette journée est un canal pour rompre le silence et ainsi diffuser massivement des informations pour permettre à la communauté, surtout dans le domaine scolaire, d’échanger sur l’amélioration de la gestion de l’hygiène menstruelle.

Dans le même cadre, partout dans le monde, des événements sont organisés dans le but d’interpeller les décideurs afin de réformer les infrastructures sanitaires, notamment en milieu scolaire pour augmenter la fréquentation scolaire des filles, même pendant leurs règles. L’association Tendo organise une rencontre avec les femmes et filles détenues à la prison centrale Munzeze, à Goma en République Démocratique du Congo. C’est aussi un moyen pour Tendo de sensibiliser sur l’hygiène menstruelle et remettre des matériels d’hygiène aux détenues pour la protection.

Pour l’histoire : le 28 du mois, comme les vingt-huit jours d’un cycle menstruel. Le mois de mai, 5 ème mois de l’année, ce qui correspond au nombre de jours moyen de la durée des règles. C’est l’idée de la création de cette journée en mai 2013 par l’ONG Wash United, qui, une année plus tard, l’événement devenait la journée mondiale de l’hygiène menstruelle.

Les femmes vivent leurs règles de façon différente mais nombreuses d’entre elles n’ont pas accès aux protections hygiéniques et souffrent de douleurs atroces sans parler du regard des gens au travail ou à l’école. Cette journée est importante car les « menstrues sont au centre de nombreuses problématiques économiques et politiques » comme l’explique la militante et présentatrice appelée « Minou Chrys-tayl » sur Twitter. Cette date permet de briser les tabous mais aussi d’interpeller les gouvernement afin de débloquer des fonds pour que les femmes et jeunes filles en difficulté puissent bénéficier de protections.

Sur Twitter de nombreuses voix s’élèvent pour en parler et appeler aussi les hommes à s’impliquer :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s