Accueil·Actualités·Afrique·Art·culture·littérature

« Le Prix de l’Espoir : l’Éveil » Tome 1, le nouveau livre de Charles l’écrivain des Gémeaux, revient sur les mythes de l’Afrique

Par Sephora Lukoki Kapinga.

A l’image de ses oeuvres, Charles l’écrivain des Gémeaux transmet un message profond aux lecteurs. Dans son dernier livre,« Le Prix de l’Espoir : l’Éveil » Tome 1, il revient sur les mythes de l’Afrique, les luttes pour la liberté et le long processus d’acceptation de soi. Ces mots résonnent comme un cri du coeur. En plongeant dans l’Histoire de l’Afrique, l’écrivain, cherche à montrer qu’il existe toujours de l’espoir, cette flamme, seule issue pour sortir des plus grandes crises.

Charles l’écrivain des Gémeaux. Crédits : Nawal Benali https://instagram.com/nanupharr?igshid=16qhvrw3ygneh

Dans notre société, où être soi relève d’une lutte perpétuelle et d’un cheminement personnel infini pour « être » au lieu de « paraître », l’auteur rappelle l’importance de ne pas se laisser enfermer dans certains standards. Mais au contraire, continuer de croire et s’élever peu importe les obstacles. Entretien avec l’auteur.

Peux-tu te présenter  ? 

Je m’appelle Charles Henry Ezéchiel BOULINGUI, mais j’écris sous le nom de Charles l’écrivain des Gémeaux. J’ai 26 ans, je suis d’origine gabonaise et je suis auteur d’oeuvres fantastiques et de romances. Concernant mes études, je suis arrivé en France avec l’équivalent d’un BAC ES, ensuite, j’ai effectué un BTS MUC. J’y suis resté pendant un an mais cela ne me plaisait pas donc je me suis réorienté en Lettres Modernes. Je suis actuellement en première année à l’Université Jacob-Bellecombette. 

Depuis quand es-tu auteur ?

J’écris depuis plus de 8 ans mais cela fait 2 ans que j’ai acquis mon titre d’auteur. L’écriture a été un refuge. Je dirais même que l’écriture m’a sauvé. Au début, j’écrivais sur tout et sur rien, même sur mes cahiers de cours, j’écrivais des textes. Ce projet d’écriture s’est concrétisé lors de mon arrivée en France en 2018. J’ai participé à un concours sur un forum en ligne qui proposait au gagnant d’être publié par l’éditeur Edilivre. J’ai été repéré et j’ai pu publier mon premier roman : « Le sourire de l’ange » puis le deuxième « Un coeur pour deux », le troisième : « Un premier pas » et enfin « Oh ! Femme être parfait » publié chez Lys Bleu en 2020. Par l’intermédiaire d’une petite soeur, j’ai attiré l’attention d’un label de production artistique « Bluelyriks records ». Ils ont décidé de m’accompagner et de faire décoller ma carrière, j’ai donc signé avec eux puis j’ai publié mon quatrième livre : « Le Prix de l’Espoir : l’Éveil » Tome 1 édité par Sydney Laurent cette année. C’est le cinquième livre et premier tome de ma Saga Fantastique.

Les œuvres de Charles l’écrivain des Gémeaux

Que représente l’écriture pour toi ?

Enfant, je lisais peu, mais ma mère était auteure, elle rêvait d’être lue par le grand public. Elle a réussi à publier son seul livre « L’ombre de Kimbala », un récit autobiographique qui dépeint une enfance volée puis elle est décédée. L’écriture me donne l’impression de partager quelque chose avec elle. J’aime écrire, créer, je me suis rendu compte que ce que je perdais ici, je pouvais lui redonner vie dans le monde des livres. Le rêve de ma mère est devenu le mien.Ce fut une période de ma vie très difficile mais l’écriture s’est révélée être une aide, un point d’ancrage qui a fait disparaitre la douleur. Je suis tombé sous le charme, le fait de créer est devenu vital pour moi.   

Le fait de créer est devenu vital pour moi.   

Est-ce que cette épreuve s’est finalement transformée de façon positive pour toi ?

Si je suis ici, c’est uniquement grâce à cela. Je vis les choses différemment, c’est comme si le monde m’appartenait, et qu’il y avait une flamme dans l’obscurité que je poursuis toujours. Même dans la difficulté, je garde le sourire et mon manager en est souvent étonné.

Pourquoi es-tu venu en France ?

Étant orphelin de père et de mère, ma famille au Gabon a jugé bon de m’envoyer en France. C’était une sorte de fierté pour eux. Mais aucun d’entre eux n’était au courant que j’écrivais.

Comment ont-ils appris que tu écrivais ?

Ils l’ont découvert lors de la sortie de mon premier livre. Ils étaient fiers de mon travail et m’ont encouragé. J’ai eu beaucoup de soutien de leur part. Très introverti, les gens pensaient que j’étais mort intérieurement mais cela n’était pas le cas, au fond de moi j’étais en train de créer. 

Comment développes-tu ton imagination ?

C’est en moi. C’est comme si tu faisais un voeu en sachant que le voeu souhaité est déjà réalisé. Dans le livre tu es maître d’un univers à part entière, tu n’as aucune limite, il n’y a pas d’injustice, de discrimnation, tu racontes un monde qui te ressemble et tu as la capacité de développer et d’étendre ton imagination à l’infini. On a ce pouvoir de créer, ce qui disparait ici, on peut lui redonner vie ailleurs en utilisant son âme d’enfant et son imagination.

Charles l’écrivain des Gémeaux

Quelles sont les thématiques de tes livres ? 

Les thèmes principaux sont l’espoir et l’acceptation de soi mais aussi l’esclavage, la justice, l’oppression et l’amour.

L’espoir fait vivre, cette phrase a beaucoup de sens, c’est une phrase qui fait écho en moi, tant que tu as quelque chose en quoi croire, un point d’ancrage, tu peux tout traverser, tu peux tout braver, l’espoir est une flamme qui te maintient en vie même dans l’obscurité. L’acceptation de soi fait aussi partie des thèmes que j’aborde : c’est un grand pilier. Il faut apprendre à relativiser, accepter ses défauts, accepter que même si tu as été blessé la vie continue, accepter les pertes, les échecs. L’acceptation est un processus. J’ai des fragments d’indice mais je suis encore sur la route, j’apprends comme tout le monde.

Pour s’accepter, il faut partir du principe que les défauts sont des qualités incomprises. Quand tu es habitué à un certain standard de qualités défini par la société, tu en viens forcément à détester celles qui ne sont pas dans ce registre, même si elles font partie de toi. Mais peut être que ce dit défaut est une force, tu en viens à t’auto-critiquer, à envier la vie des autres mais si tu es en face d’une personne qui s’accepte tu vas finir par l’admirer et t’identifier à elle.  

« Le prix de l’espoir« , sorti le 16 mars 2020 est une histoire fantastique se déroulant en pleine colonisation au coeur d’un combat sanglant entre des mythes africains et les envahisseurs blancs. Le peuple se tourne vers la magie noire pour se dresser contre ses oppresseurs. Les protagonistes de l’histoire ont chacun une histoire différente, chacun des personnages a dû accepter ses blessures, ses imperfections pour pouvoir se battre pour une cause noble. Le prix de l’espoir passe par l’acceptation sinon tu seras ton propre obstacle. Si tu ne t’acceptes pas tel que tu es, l’espoir sera toujours loin et tu seras ton propre obstacle, ce ne sera pas les autres. J’ai conscience que ce cheminement va être long mais je garde espoir. Tout par de là : ne pas s’accepter, c’est comme vouloir commencer une course de voiture mais douter de la voiture, des pièces… ce n’est pas possible. Le Prix de l’Espoir est donc une saga dont l’Afrique est au centre. L’acceptation de soi est très présente. C’est un prix à payer. Il y a des choses fortes et douloureuses. Parfois continuer à avancer c’est payer un prix très lourd, d’autres continuent, parfois d’autres abandonnent.

Quels sont tes futurs projets ? 

Je dois finir le tome 2. Puis d’ici quelques mois, j’espère sortir un autre roman. J’ai deux livres en cours. 

Quels sont tes rêves ? 

Mon rêve est de remporter des titres, tel que le prix Goncourt. On a l’impression que ce sont toujours les mêmes personnes qui gagnent, ceux qui ont des gros éditeurs. J’aimerais un jour devenir un auteur accompli avec un bon palmarès, c’est ainsi que j’aurai bien fini ma mission.

Tu as écris un livre sur la femme, de quoi s’agit-il ? 

Dans « Oh ! Femme être parfait » : j’ai mis tous mes sentiments, mes émotions et j’ai partagé mon point de vue sur la femme en générale. Durant mon enfance, j’ai grandi uniquement avec ma mère, je n’ai pas connu mon père donc maman jouait le rôle de mère et de père en même temps. J’étais entouré de femmes, mes tantes en l’occurrence, et dans cet environnement féminin, je parlais peu, mais j’observais beaucoup. La femme est un pilier pour la société mais cette dernière est écrasée et ses exploits sont étouffés. Certaines sont battues à mort par des hommes qui les tuent par plaisir, même un animal aurait des limites. Tandis que la quête des femmes est de rendre heureux leurs hommes mais en retour elles n’ont même pas des miettes, cela m’a révolté et perturbé. L’éditeur a d’ailleurs hésité à publier cet ouvrage, il était réticent, c’est un livre mitigé qui a failli ne pas naître vu que la femme était présentée à l’état de dieu donc cela posait problème. D’autres ont trouvé le livre trop dur mais les femmes ont adoré.

La femme est un pilier pour la société mais cette dernière est écrasée et ses exploits sont étouffés.

Quelles sont les difficultés rencontrées en tant qu’auteur ?

Souvent, les éditeurs veulent fabriquer de la littérature, ils la chosifient, l’aspect vente est plus mis en avant que l’aspect partage. Parfois, il y a aussi des retours négatifs sans arguments donc il faut encaisser les critiques et ne pas répondre de manière négative à quelqu’un mais supporter. On n’est pas dans « Alice au pays des merveilles » donc on ne peut pas plaire à tout le monde. D’ailleurs plus tu encaisses les coups et avance plus ces derniers ne t’atteignent plus. Au début, peut-être que tu te fachais puis tu en ris, et si tu arrives en rire c’est que tu es libre. Car si tu gardes tout, cela peut te mener à la dépression.

Quel est le mot de la fin ?

Achetez et découvrez.

Retrouvez Charles l’écrivain des Gémeaux sur ses différents réseaux sociaux :

https://linktr.ee/Gemeau

Instagram : https://www.instagram.com/CEdesGemeaux/

Facebook : Facebook : https://www.facebook.com/CEdesGemeaux/

Twitter : https://twitter.com/CEdesGemeaux/

2 réflexions au sujet de « « Le Prix de l’Espoir : l’Éveil » Tome 1, le nouveau livre de Charles l’écrivain des Gémeaux, revient sur les mythes de l’Afrique »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s