Accueil·Actualités·Afrique·éducation·société

Cameroun : Mouvement #CraieMorte, des professeurs réclament des années de salaires impayés

2012-2022 – SANS MATRICULE – 10 ANS SANS SALAIRE

Au Cameroun, le 21 février, un mouvement de grève « craie morte » lancé par un collectif d’enseignants a été déclenché pour dénoncer les multiples arriérés de salaires.

Le collectif OTS, qui signifie « on a trop supporté » réclame pour « 181 milliards de francs CFA, soit près de 276 millions d’euros de primes et allocations » selon le journal Le Monde.

À l’ouest du pays, le lycée de Nkonsamgba est l’une des figures du mouvement #CraieMorte.

Les autorités ont bien pris connaissance de ce mouvement de grève. Le 10 mars, René Emmanuel Sadi, le ministre de la communication a reconnu que les revendications des enseignants étaient légitimes.

Il faut savoir que les enseignants fraîchement diplômés affectés à un lycée ne perçoivent pas leur salaire dans l’immédiat. Ce n’est que bien plus tard, qu’ils touchent « deux tiers d’un salaire mensuel soit 130 000 francs CFA (moins de 200 euros) – jusqu’à son intégration à la fonction publique. » M. Lipem II, responsable d’OTS ajoute qu’il faut souvent donner un pot-de-vin jusqu’à 30% du montant du rappel aux fonctionnaires sur le dossier.

« 2012-2022 – SANS MATRICULE – 10 ANS SANS SALAIRE – OTS » :

C’est le message de M. Hamidou, 38 ans, ancien professeur de sport, emporté par la maladie le 8 mars. Le ministre de la fonction publique a annoncé son intégration quelques jours plus tard.

Du côté de la présidence, le 7 mars, le président Biya a ordonné le déblocage de 2,7 milliards de francs CFA (quelque 4 millions d’euros) – mais seulement pour payer les frais de correction des examens –, puis le versement dès mars du complément du salaire pour ceux qui n’en perçoivent que les deux tiers. Et a promis « l’apurement progressif » des impayés de tous, au lendemain de la mort de M. Hamidou. « Ces mesures sont insatisfaisantes », avait réagi OTS, appelant à continuer « pacifiquement » la grève. (Source le Monde)

D’autres mouvements de contestations se mettent en place notamment « Trop c’est trop » (TCT) où des instituteurs dénoncent eux aussi une absence de salaire.

Sources : @teleasuofficiel @paolaaudrey / Le Monde Afrique

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s