Accueil·Actualités·associations·économie·culture·République Démocratique du Congo

« Je me suis senti au Congo » : les retours du salon Congo Na Paris – édition 5

Pari réussi pour le salon Congo Na Paris qui a fait voyager ses visiteurs au coeur du Bassin Congo le temps d’un week-end. La cinquième édition animée par Sabrina Mvuala Bandundi et Marvyne Loti Loutonadio a eu lieu les 16 et 17 avril dernier à l’Espace Charenton dans le 12ème arrondissement de Paris.

crédits : Didier Teurquetil

Le salon incontournable de la culture congolaise a débuté avec un mot d’ouverture de la présidente et fondatrice de Congo Na Paris Charlotte Kalala :

Ensuite, Madame l’Ambassadeur de la RDC en France Isabel Machik Tshombe a poursuivi avec un discours. 

Pendant deux jours, Congo Na Paris a proposé un programme très riche sur le thème « tonga mboka » qui signifie en lingala « construire le pays ». Plus de 55 exposants, une galerie d’art et un « Village Congo » disposé en 7 espaces. La première journée a débuté par des tables-rondes, des ateliers, un business lunch, l’espace enfants sur les deux jours. La soirée a laissé place au gala à l’hôtel Napoléon à Paris en guise de remerciement des sponsors et à une remise de prix des différentes personnalités choisies. L’artiste gospel Shirley Do Rego a inauguré la soirée avec l’un de ses chants phares aux paroles poignantes. C’est avec beaucoup d’attention que les invités l’ont écouté.

Pour la remise de prix, au total quatre personnes ont été récompensées.

De l’entrepreneur de l’année, Christian Ensampunya N’sabaka, directeur de Stratimmo, au projet humanitaire coup de coeur de Cathy, fondatrice d’Envol, spécialisée dans l’assistance funéraire nationale et internationale, en passant par le prix de l’acteur culturel de l’année Marien Fauney Ngombé, président des Ateliers Citoyens du Congo et enfin le prix spécial décerné à la cheffe de projet de Congo Na Paris, Louisy Bountsana.

La dernière journée du salon s’est achevée avec des ateliers, des shows, défilés, concerts, spectacles et discours de la présidente de l’association Congo Na Paris Charlotte Kalala. Plusieurs personnalités dont Youssoupha, Poison Mobutu, Dibshow ont pris le temps de visiter les stands et d’échanger avec les visiteurs.

Au programme du CNP SHOW : Re-Création By Loba DANIEL MWANZA, Weilifar Kaya, Anjali Denis, Issey, Mister NZ, Soleil Wanga Quartier latin, Debsito, Mwinda et Maud Elka.

Sans oublier les nombreux lots de tombola proposés par les entreprises et sponsors : terrains, billet d’avion à destination de Kinshasa et de Brazzaville…

Certains intervenants, exposants, sponsors, entrepreneurs, auteurs et personnes du public nous partagent leurs impressions :

« J’ai trouvé que c’était très bien organisé. Très fluide. En tant que presse, j’étais content d’avoir un espace un peu plus calme. Cette année, j’ai été un peu moins intéressé par les sujets des tables rondes mais j’ai trouvé très bien que la littérature soit mise en avant. Je retiens que cette communauté est belle, qu’il y’a pleins de talents, qu’on peut tous s’aider. » Ntoyi, coach podcast, entrepreneur et musicien.

« Ce sont de nombreuses perspectives et des synergies pour l’élévation de nos pays. La jeunesse est au contrôle. Une Révolution est en marche pour le Kongo. » Sue Auteure, auteure et intervenante dans l’espace littérature « Le Congo se livre » : Récits d’aujourd’hui, nouvelles écritures avec Amanda Winnie Kabuiki, Marie-Inaya Munza modérée par Ntumba Biayi, journaliste et coordinatrice générale de Congo Na Paris.

Côté visiteur, les retours sont identiques. Le couple Loïc et Christiane Brissac était présent pour la première fois avec leurs enfants de 2 ans et 4 ans :  : « Pour une première à Congo Na Paris , j’ai énormément apprécié  la valorisation de la culture Kongo. Une grande découverte enrichissante via les stands et le concert. Très bonne organisation et encore bravo à toute l’équipe organisatrice de l’événement. » 

Pour Christiane : « L’événement te fait voyager au pays le temps d’une journée. Et cela stimule davantage l’envie d’y retourner. La partie artistique avec le spectacle du groupe de Bolewa Sabourin, Re-création By Loba était magique ! »

Un engouement qui a dépassé les frontières de l’Hexagone

De Paris à Bruxelles en passant par Londres. C’est le cas de ce cadre venu tout droit de Londres :

« C’était un moment riche en connections, réseautage et découverte. J’ai pu comprendre que notre communauté regorge de talents et de créativités. J’étais vraiment impressionné par la qualité et le professionnalisme du salon. Je me suis tout de suite senti au Congo. C’est un mélange de prestige et de culture en même temps. J’en garde un très beau souvenir. Bravo à toute l’équipe. Effectivement c’était ma première fois, et je pense qu’un sur London nous fera énormément de bien. Mickael Sanny, Consultant chef de projet.

Les bruxellois ont aussi répondu présents. C’était le salon de la diaspora congolaise le plus attendu depuis la crise du sanitaire du covid.

« Je suis venue spécialement de Bruxelles pour vivre cet événement Congo Na Paris dont j’entendais parler déjà depuis trois ans. J’ai trouvé que c’était magnifique, j’ai adoré cet événement. Rencontrer des congolais qui ont du talent, et surtout l’amour du pays, l’envie, le besoin, le sentiment de redorer l’image du Congo et de replacer le Congo à sa juste place de pays acteur, créateur et déterminant pour l’Afrique. Je me suis vraiment sentie à ma place et j’ai beaucoup aimé cet événement et je reviendrais l’année prochaine.

J’envisage de contacter la présidente de Congo Na Paris, Charlotte Kalala pour organiser un Congo Na « Bruxelles » très prochainement » explique Vasty Miguel, fondatrice de Vasty Miguel Agency, consultance en communication politique et institutionnel venue de Bruxelles pour l’événement.

Du côté de l’un des sponsors de Congo Na Paris : « J’ai trouvé le salon très intéressant pour sa diversité des secteurs d’activités représentés. C’était la première fois que je m’y rendais pour mon entreprise et les opportunités d’affaires sont prometteuses. La dimension communautaire et culturelle était au rendez-vous, je reviendrai. » Naomi Mackako, responsable communication chez Bonim Club, filiale du groupe Bonim Atid, promoteur immobilier qui propose des services adaptés aux stratégies financières de la diaspora.

Les exposants ont eux aussi de bons souvenirs. Le stand d’INA Congo répertorie 40 années de la culture congolaise. Une personne de leur équipe témoigne :

« Le salon nous a laissé une très bonne impression que ce soit les visiteurs comme exposants. C’était notre première fois au salon, on s’est bien intégré et on a pu faire bonne impression.

Pour notre part, on a pu retenir le fait que la communauté congolaise est remplie de talents à découvrir jeunes comme moins jeunes, que les opportunités sont plus nombreuses que les menaces et que si on met en lien nos réseaux pour aller de l’avant, on participera chacun à nôtre échelle au développement du Congo, d’où le thème de cette année Tonga Mboka ! » ajoute Alex, community Manager.

Retour sur certaines expériences publiées sur Instagram :

Le prochain rendez-vous est prévu pour 2023. La mission de la diaspora de créer un pont entre les deux Congo se poursuit avec d’autres défis à relever.

2 réflexions au sujet de « « Je me suis senti au Congo » : les retours du salon Congo Na Paris – édition 5 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s