cuisine·Accueil·économie

« Soutenir le travail des vendeuses de pains » : une campagne lancée par l’acteur sociopolitique Roland Mimi Ngoy

Par SLK News

Le travail et l’abnégation des femmes commerçantes suscitent l’admiration. Véritables piliers, ces marchandes sont garantes de l’économie du foyer et assurent la scolarité des enfants, comme le témoignent plusieurs jeunes. Elles participent au développement économique et social de la société.

« Le Congo a l’un des taux de travail informel les plus élevés au monde, avec environ 80% des travailleurs urbains engagés dans l’économie informelle selon la Banque mondiale » précise un article de Congo in Conversation. Les travailleurs informels sont en grande majorité des femmes et des jeunes.

En première ligne, habituées à ce quotidien de débrouillardise, les vendeuses représentent une source de force, ainsi, différentes initiatives naissent pour les encourager. Dans la commune de Ngaliema, à Ngomba Kinkusa, Roland Mimi Ngoy, acteur sociopolitique indépendant et fondateur de l’association « Union des Jeunes pour la Réussite de l’Avenir » a lancé une opération pour soutenir ces femmes en leur apportant du matériel. Entretien.

SLK News : Comment est née l’opération d’aide en faveur des marchandes de pains ?

Roland Mimi Ngoy : Le projet est né après un petit diagnostic fait par mes collaborateurs du quartier Ngomba Kinkusa, ils ont relevé plusieurs problèmes auxquels le quartier faisait face et selon nos possibilités, il était plus facile de commencer par aider nos mamans vendeuses de pains. La première action a déjà eu lieu et nous avons remis des bassins aux mamans pour vendre les pains dans un matériel propre et beau. Ce qui attirerait les clients et augmenterait leurs bénéfices.

SLK News : Quel est l’objectif du projet ?

Roland Mimi Ngoy : Notre projet a pour ambition d’accompagner financièrement, matériellement et psychologiquement les mamans vendeuses de pains dans le quartier Ngomba Kinkusa. Par la suite, nous envisageons d’élargir cela dans toute la commune de Ngaliema et dans l’ensemble de la province de Kinshasa.

SLK News : Pourquoi cette initiative ?

Roland Mimi Ngoy : Ces mamans sont au centre de leurs familles, c’est-à-dire que les enfants partent à l’école, mangent, s’habillent, se font soigner grâce aux salaires de leurs mères par la vente de pain. Par conséquent, il était vraiment important pour nous de leur venir en aide.

Petit témoignage personnel, je suis petit fils d’une vendeuse de pains, j’ai été nourri, vêtu, scolarisé par les gains de ces bénéfices et d’ailleurs ma grand-mère avait un compte à mon nom et on l’appelait toujours « Maman Roland ».

SLK News : Combien de temps dure cette campagne ?

Roland Mimi Ngoy : Le lancement a débuté le 12 octobre 2022 et s’achèvera le 12 novembre 2022. Cette campagne d’un dollar pour soutenir financièrement et matériellement les mamans, ne durera qu’un mois, car d’ici la fin du mois de novembre, nous avons prévu de leur apporter ce que nous avons récolté. Si cela suffit, gloire à Dieu, on pourra leur remettre des parapluies et un fond d’aide, dans le cas contraire, on s’adaptera en fonction du résultat obtenu.

SLK News : Combien de femmes sont concernées ?

Roland Mimi Ngoy : Au total, il y a 30 mamans.

SLK News : Quels sont les futurs projets ?

Roland Mimi Ngoy : Oui, nous avons plusieurs projets en cours. Ce qui nous bloque ou nous ralentit, c’est le fait de travailler seul et de s’auto-financer.

– Nous avons un projet d’accompagnement des jeunes danseurs et footballeurs dans le quartier Djelo Binza.

– Nous sommes en train d’élaborer un projet qui sera dévoilé d’ici 2023 pour les filles mères.

– Nous avons commencé un nouveau projet fin octobre avec les mamans maraîchères dans le quartier Lunkunga, Bumba et les environs.

SLK News : Que souhaiteriez-vous ajouter pour que le public s’intéresse à cette action ?

Roland Mimi Ngoy : J’aimerais faire comprendre aux gens que ce n’est pas la première fois que nous assistons des mamans, nous l’avons fait dans le silence et nous continuerons de le faire.

La prochaine étape consistera à former ces mamans aux techniques de ventes, à l’apprentissage d’autres secteurs et à leur apporter aussi d’autres supports de travail notamment des tables pour exposer leurs produits.

Donc c’est toute une histoire qui durera longtemps entre elles et nous.

SLK News : est-ce que ce projet ne devrait pas avoir plus d’envergure et ces mamans ne devraient-elles pas être soutenus par les institutions congolaises ?

Roland Mimi Ngoy : Je pense que oui, les institutions congolaises devraient soutenir ces mamans, en leur donnant un espace moderne pour vendre (un bon marché). Mais également, les former et les informer sur les maladies publiques car elles passent presque toutes leurs journées dehors. Elles ont besoin d’une assurance maladie gratuite ou à un coût très réduit.

Pour en savoir plus :

Retrouvez « Roland Mimi Ngoy » sur Tiktok, twitter, Instagram, Facebook. Et Congo Étoile sur YouTube.

A propos :

Je suis Roland MIMI NGOY, Congolais vivant en Espagne, je suis un acteur sociopolitique indépendant, fondateur de l’association « Union des Jeunes pour la Réussite de l’Avenir » et responsable de la chaîne YouTube Congo Étoile. Je travaille dans la restauration et j’étudie le commerce international.

Pour participer à la campagne :

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s